Mobilité des chercheurs étrangers au Mexique, entre sociologie et histoire

La seconde séance du séminaire a eu lieu ce mardi 9 avril 2013. Elle était consacrée à une analyse croisée, entre histoire et sociologie, de parcours de chercheurs étrangers au Mexique. Nous avons ainsi écouté les exposés de Sylvie Didou Aupetit (Cinvestav, Mexique) et de Leoncio López-Ocón Cabrera (Instituto de Historia-CSIC, Madrid).

Sylvie Didou Aupetit a présenté un certain nombre de résultats d’une recherche en cours sur les chercheurs étrangers installés au Mexique et travaillant pour les institutions de recherche mexicaines.

Leoncio López-Ocón Cabrera a présenté ses travaux sur les éditions Atlante et la revue Ciencia créées par des scientifiques espagnols républicains exilés au Mexique à partir des années 1940.

Les résumés et les enregistrements de leurs interventions sont accessibles ci-dessous.

Sylvie Didou Aupetit, « Mobilités scientifiques au Mexique : chercheurs étrangers en résidence et en séjour temporaire »

En règle générale, en Amérique Latine, la mobilité scientifique est abordée sous l´angle de la mobilité sortante, depuis le moment de la formation de doctorat ou postdoctorat jusqu´à la fin de la trajectoire professionnelle. Cette mobilité sortante est souvent renvoyée au thème de la fuite des cerveaux, perspective qui demeure plus largement adoptée que celle de la circulation des ressources humaines hautement qualifiées. Dans notre intervention, nous nous intéresserons donc au pendant de cette situation dominante, c´est à dire à la mobilité scientifique entrante. En prenant comme terrain le Mexique, nous examinerons les politiques publiques (bourses,  invitations, retours et diasporas) qui encouragent une migration inverse, en nous intéressant à la façon dont celle-ci sous-tend des coopérations préférentielles, des mises en réseaux disciplinaires et une rénovation des lignes de recherche.

Leoncio López-Ocón Cabrera, « L’éditorial Atlante et la revue Ciencia: la multiplicité des rôles des républicains espagnols exilés au Mexique pendant les années 1940 »

Cette communication vise à analyser la transformation culturelle des deux entreprises créées par un collectif de l’élite républicaine espagnole exilée dans le Mexique à la suite de sa défaite dans la guerre civile de 1936-1939. Au début l’éditorial Atlante et la revue Ciencia étaient des instruments de la politique culturelle et scientifique des républicains espagnols mais après quelques années ils sont devenus des éléments significatifs de la culture et de la science mexicaine et américaine. Répondre au comment et au pourquoi de la transformation de ces médiateurs culturels dans les années 1940 est l’objectif de ce travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *