1 – Jeux d’échelle, les savoirs embarqués du local au global

Annamaria Lammel, « Comment transmettre des savoirs liés à l’avenir incertain ? »

Les questions de circulation des savoirs liées aux nouveaux défis de notre monde sont liées à un avenir incertain et risqué. Comment gérer les savoirs sur les processus futurs quand même entre les scientifiques d’importantes controverses existent en ce qui concernent le changement climatique, la biodiversité, les effets de nouvelles énergies, etc. Les difficultés consistent également dans le fait que le point de départ n’est plus le passé, mais le présent. La réduction des dimensions du temps rend difficile une circulation claire des savoirs confirmées. Autre difficulté consiste dans le fait que les humains semblent changer les forces de la nature. Les conséquences de l’accumulation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère produisent des changements rapides dans le monde, mais d’une manière inégale. Nos études portant sur la compréhension humaine du changement climatique montrent que la circulation des savoirs sur le changement climatique dépendent des modes de pensée culturellement transmises (analytique / holistique) et du niveau de l’exposition au changement climatique, malgré que l’éducation formelle et les médias soient identiques. Notre recherche, financé par l’ANR, en Nouvelle-Calédonie, en Guyane française, dans les Alpes françaises et à Paris montrent que le phénomène du changement climatique est traité différemment. Quelques exemples seront présentés et discutés à la lumière de la littérature actuelle.

Elisabeth Motte-Florac, « La circulation des savoirs thérapeutiques traditionnels : un défi éthique. L’exemple de la limpia au Mexique »

Les recherches sur les thérapeutiques traditionnelles donnent lieu à un transfert de connaissances, de compétences et de résultats vers des domaines aussi divers que ceux du développement économique (en majorité, les industries pharmaceutiques et agro-alimentaires), de la recherche scientifique, de l’enseignement public et privé, des administrations gouvernementales, etc. Or de la circulation des savoirs et savoir-faire traditionnels, dépendent non seulement la sauvegarde de ce patrimoine immatériel, mais aussi la pérennité des tradipraticiens, voire la survie de certaines populations locales. C’est pourquoi un questionnement éthique s’impose. Comment, à chaque étape et dans chacun des contextes, se choisissent les modes, formes et mécanismes de communication entre les différents partenaires (thérapeutes traditionnels, sociétés locales, scientifiques, économistes, décideurs, grand public, etc.) et quelles sont les conséquences de ces choix ? L’analyse sera menée à partir d’une recherche ethnologique réalisée sur la limpia, pratique couramment utilisée au Mexique par les thérapeutes traditionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *