Programme 2014

19 mars 2014 : « Circulations virales et savoirs épidémiologiques »

Frédéric Keck (LAS, CNRS) présentation de l’article « Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong Kong »Terrain, 54/55, 2010, pp.26-41

Anne-Marie Moulin (SPHERE, CNRS) présentation de l’article « La société égyptienne au risque de la grippe aviaire, ou une pandémie au quotidien » co-écrit avec Saadia Radi, Revue Sociologie Santé, 31, mars 2010

2 avril 2014 : « Circulation méthodologiques entre médecine et économie : essais et randomisation »

Isabelle Guérin (CESSMA, IRD), François Roubaud (DIAL, IRD) « L’étalon-or des évaluations randomisées : du discours de la méthode à l’économie politique »

Patrick Castel (CSO, FNSP) « Essais cliniques et médecine par les preuves en cancérologie »

15 mai 2014 : « Circulations transnationales et champs d’expertise »

Discussion autour du numéro 59 de Critique Internationale (circulation des savoirs et champs transnationaux)

Thibaud Boncourt (Institut Universitaire Européen) « Acteurs multipositionnés et fabrique du transnational. La création duEuropean Consortium for Political Research« 

Vincent Gayon (IRISSO, Univ. Dauphine) « Homologie et conductivité internationales. L’Etat social aux prises avec l’OCDE, l’UE et les gouvernements »

 –

11 juin 2014 : « Circulation des répertoires d’action militants »

une discussion sur les relations entre activité militante et production de savoirs

Emmanuel Rivat (IEP de Bordeaux, Centre Emile Durkheim / Univ. de Lille, CERAPS) « Construction et circulationtransnationale du répertoire d’action d’expertise. Le cas du mouvement écologiste en Europe »

Benjamin Ferron (CRAPE, IEP de Rennes-Université de Rennes 1) « Construction internationale des problèmes publics etcirculation des répertoires militants : le cas des médias altermondialistes »

Le Prix Morazé à la revue STS

La FMSH remettra pour la première fois le Prix Charles et Monique Morazé à la revue internationale Science, Technology and Society, publiée par Sage India en présence de ses deux fondateurs, le Professeur Venni Krishna, de l’Université Nehru de New Delhi et Roland Waast, directeur de recherche émérite à l’IRD. La cérémonie sera marquée par une conférence de V. Krishna sur le thème « Changing Social Relations between Science and Society: Contemporary Challenges ».

Plus d’informations à venir. La réservation sera obligatoire.

Contact : spilar[at]msh-paris.fr

Adresse
Maison de la Chimie
28 Rue Saint-Dominique
75007 Paris

Mardi 3 décembre à 18h

Prochaines séances du séminaire en octobre 2013

Deux séances du séminaire auront lieu au mois d’octobre.

Vendredi 4 octobre 2013 de 10h à 13h

sur le thème « Reconfiguration des savoirs et des pratiques sur les Ressources naturelles au Mexique »

Nous aurons le plaisir d’accueillir

Rebeca de Gortari Rabiela (IIS-UNAM, México) « Echanges des savoirs en milieu rural : vers l’introduction du bio au Mexique »

David Dumoulin Kervran (Sorbonne Nouvelle – IHEAL/CREDAL) « L’ethnobotanique mexicaine mobilisée : Usages pratiques et politiques d’une science au temps de l’écologie politique »

La séance se déroulera à l’Université de la Sorbonne, 1 rue Victor Cousin (Au bout de la Galerie Gerson, Salle de réunion F 673, située près de l’Ecole Doctorale), 75005 Paris. M° : RER Luxembourg ou Saint-Michel

Jeudi 17 octobre 2013 de 14h à 17h30

sur le thème « Circulation des savoirs au prisme de l’anthropologie de la communication »

Nous aurons le plaisir d’accueillir

Frédérique Jankowski (CIRAD) « Approche socio-cognitive de la mise en dialogue de savoirs scientifiques et paysans. L’exemple d’un projet d’agro-écologie dans l’état de Oaxaca (Mexique) »

Joëlle Le Marec (CERILAC, Université Paris Diderot) « Circulation des savoirs et communications sociales dans la recherche »

La séance se déroulera au CEPED, 19 rue Jacob, 75006 Paris. M° Saint-Germain-des-Prés.

Résumés :

Rebeca de Gortari Rabiela (IIS-UNAM, México) « Echanges des savoirs en milieu rural : vers l’introduction du bio au Mexique »

Au Mexique, la libéralisation de l’économie et son intégration au marché international, ont poussé à la ré-organisation des systèmes de production agricole et de l’industrie agro-alimentaire du pays afin de répondre aux normes internationales de qualité. En même temps la conservation de l’environnement et de la biodiversité a vu apparaître le secteur croissant d’agriculture bio montré comme solution à la question de la sécurité alimentaire au niveau mondial. Ce changement a impliqué pour les producteurs agricoles une interprétation et traduction des nouvelles normes internationales afin d’accéder à la fois au marché international et de préserver l’environnement. Cette tentative de lier intérêts économiques et protection de l’environnement, qui jusqu’à il y a quelques années paraissaient contradictoires, implique des enjeux entre différents acteurs impliqués dans ces processus de création, de traduction, de transformation des normes ?  En analysant deux études de cas, l’une portant sur l’agriculture bio dans la zone périurbaine de la ville de Mexico et l’autre sur la production de fertilisant bio dans l’Etat de Jalisco, nous tenterons de comprendre comment ont été transformés les systèmes de production agricoles au Mexique pour devenir plus perméables au nouveaux processus de contrôle de qualité et de coordination imposés par les normes internationales.Nous intéressant en particulier à la circulation des savoirs, nous tenterons d’une part de caractériser et d’identifier quelles sont les tensions qui apparaissent lors de ces processus et d’autre part de comprendre comment s’effectue, la construction et le partage des connaissances ainsi que le contact et l’intégration de nouveaux réseaux et de nouveaux acteurs appelés à exercer des fonctions spécialisées nécessaires à la construction de nouvelles normes.

.

David Dumoulin Kervran (Sorbonne Nouvelle – IHEAL/CREDAL) « L’ethnobotanique mexicaine mobilisée : Usages pratiques et politiques d’une science au temps de l’écologie politique »

L’ethnobotanique plonge ses racines très anciennes dans l’époque coloniale mais, longtemps marginalisée, elle a connu un renouveau important avec l’apparition et la diffusion en Amérique latine de l’écologie politique. Le Mexique a été un des pays phare de cette recherche d’un développement alternatif basé sur des spécificité culturelles et naturelles. Dans notre intervention, nous décrirons la constitution d’une communauté de chercheurs, à la frontière entre la biologie, l’épistémologie et l’agronomie, les groupes et les thématiques privilégiées dans le contexte spécifique d’un Mexique en pleine transformation. Le contexte nationaliste des années 1970, les thématiques du développement autonome des années 80, la réémergence de l’ethnobotanique auprès des conservationnistes dans les années 1990, puis son institutionnalisation progressive depuis 20 ans dans un contexte international post-CDB et de reconfiguration des savoirs légitimes sur les ressources naturelles. Cette étude de la communauté de l’ethnobotanique donne une place centrale au groupe de scientifiques les plus actifs qui opèrent eux-mêmes des traductions de leurs connaissances, étant eux-mêmes placés à la frontière entre le monde scientifique et mondes des ONG de protection de la nature, des ministères et des organismes internationaux d’aide au développement.

.

Frédérique Jankowski (CIRAD) « Approche socio-cognitive de la mise en dialogue de savoirs scientifiques et paysans. L’exemple d’un projet d’agro-écologie dans l’état de Oaxaca (Mexique) »

En Amérique du Sud, l’agro-écologie est très souvent associée au retour de la souveraineté alimentaire et au maintien d’une agriculture familiale (Altieri et Toledo, 2011). Dans ce cadre, les compétences et savoirs traditionnels des paysans sont considérés comme le substrat fertile permettant de concevoir de nouvelles technologies respectueuses tant de l’environnement que des pratiques locales. L’agro-écologie constituerait ainsi un espace de dialogue et d’intégration des savoirs scientifiques et paysans. A partir d’un projet d’agro-écologie de restauration des sols dans l’état de Oaxaca (Mexique) nous décrivons les formes concrètes d’articulations entre des savoirs multiples et leurs justifications par des agronomes. Il s’agit de questionner tant les modalités des traductions opérées que les espaces d’incommensurabilité auxquelles elles sont confrontées. Pour cela, nous proposons un triple cadrage conceptuel qui emprunte à : (i) l’analyse anthropologique des modes d’acquisition et de circulation des savoirs sur la Nature ; (ii) les travaux en sociologie de la traduction portant sur des dispositifs d’intermédiation et (iii) la théorie de la justification développée en sociologie des régimes d’action.

.

Joëlle Le Marec (CERILAC, Université Paris Diderot) « Circulation des savoirs et communications sociales dans la recherche »

Voilà maintenant plus de 50 ans que Serge Moscovici a établi un direct entre les savoirs sociaux (les représentations sociales) et la communication, à partir de l’idée qu’il n’est aucun « contenu » de la pensée sociale qui ne soit observable en dehors des processus de communication. Paradoxalement, cette idée a largement nourri quantités de travaux relatifs à des phénomènes de la pensée sociale, des mystère des visions du monde construites hors de la rationalité scientifique, mais n’a en rien symétrisé le type de regard qui pouvait s’appliquer à la fois à la recherche et à d’autres domaines d’élaboration de savoirs. Il a fallu la conjonction d’une critique plus ou moins explicitement politique du fonctionnement social de la recherche, et d’une réhabilitation également plus ou moins explicitement politique du sujet social ordinaire, pour qu’on prenne au sérieux l’hypothèse d’une pluralité des savoirs dans et hors recherche. Je souhaiterais écarter au moins dans un premier temps les implicites politiques (critique de la domination académique et promotion des savoirs méconnus), pour revenir à l’idée d’une dimension fondamentalement communicationnelle de n’importe quel type de savoir, et sur cette base, présenter quelques situations de recherche portant précisément sur le travail scientifique ordinaire et sur les discours à propos de sciences.